Cinq choses à savoir sur le programme de conservation du panda de la Chine

Cinq choses à savoir sur le programme de conservation du panda de la Chine

Les décennies du travail de conservation en Chine ont permis au panda géant de Chine, de passer du statut « espèce en danger » à « vulnérable ». La Chine, cependant, s’est abstenue à l’auto-louange, ce qui symbolise des efforts de protection de la faune dans le monde entier, qui est toujours sous la menace.

Le nombre de pandas géants dans l’état sauvage a augmenté de 16,8 % cette dernière décennie. Le nombre en captivité a monté de 164 à 375 pendants la même période, selon l’administration de sylviculture d’état.

Alors comment la Chine arrive-t-elle à faire ceci ?

La Chine met en place de nombreux moyens pour préserver cette espèce. Ce pays est dans ce cas précis un exemple à suivre pour préserver les nombreux autres animaux en voie de disparition.

Le panda un ambassadeur hors norme

Le panda est un réel symbole de paix et d’amitié. En prêtant des pandas aux zoos étrangers, comme récemment à Berlin, un couple de pandas est arrivée, pour une durée de 15 ans. Ces prêts sont souvent réalisés  après d’intenses négociations diplomatiques, la Chine gagne de l’argent qui est employé pour les efforts de conservation.  Actuellement, 40 pandas chinois sont sur le prêt dans 15 pays

Création des réserves naturelles

La Chine a 13 réserves consacrées aux pandas géants, avec la première installation en 1958. Ils ont un double objectif :

  • Pour empêcher le braconnage des espèces
  • Préserver les forêts en bambou, que le pays a massivement replantées. Le bambou constitue presque le régime entier d’un panda, un adulte mangera près de 20 kilogrammes par jour.

Subventions pour des agriculteurs

Le gouvernement verse des subventions pour les agriculteurs vivants près des réserves. En échange, ils promettent d’éviter d’endommager l’environnement et de s’abstenir d’utiliser des engrais chimiques ou des pesticides. L’État indemnise également les victimes d’attaques de panda, un agriculteur mordu à la cuisse a reçu 80 000 € l’année dernière.

Les O.N.G. étrangères sont les bienvenues

Depuis 30 ans la Chine a fait un bon accueil à des organismes internationaux souhaitant étudier les pandas. Ils ne fournissent pas simplement leur expertise mais également une exposition via les médias. La première organisation à être venue était en 1979 Fonds mondial pour la nature (WWF). Son logo de renommée mondiale comporte le panda et contribue à sa popularité globale.

La Chine ne baisse pas sa garde

C’est un bon début, mais l’habitat des pandas est menacé, avec la déforestation et le réchauffement climatique. Une destruction de son habitat est une menace pour cet animal, c’est détruire son lieu de reproduction, mais aussi sa source de nourriture.

L’augmentation des échanges entre les groupes pour assurer la diversité génétique est une priorité. Et le prêt avec les pays étrangers est une chose importante pour la protection de cet animal emblématique, que ce soit pour sa reproduction et un climat de paix avec la Chine. C’est ce que nous explique un membre du Centre de recherche sur le Panda géant de Chengdu.

A propos de l'auteur

Laisser une réponse