Mais où est le panda ?

Mais où est le panda ?

Trouver un panda parmi des bonhommes de neige

Saurez-vous retrouver le panda qui se cache au milieu de ces bonhommes de neige ? C’est le petit jeu proposé par le dessinateur Dudolf Gergely Dudas qui a proposé aux réseaux sociaux plusieurs petites énigmes illustrées, sous la forme d’un « Où est Charlie ? ». Ces images amusantes ont été partagées plus de 200.000 fois sur Facebook et continuent de faire le « buzz » sur la toile.

XVM95f7baec-aa2f-11e5-8684-269d18c21e28-750x750
XVM7c063200-aa2d-11e5-8684-269d18c21e28

Au-delà de l’aspect divertissant de ces petites vignettes, il est intéressant de constater que les internautes ne sont pas égaux dans la rapidité d’identification du panda caché. Tandis que certains vont mettre moins de dix secondes à trouver le panda, d’autres internautes éprouvent des difficultés et sont contraints d’utiliser des stratégies cognitives.

Ressources cognitives mobilisées

Quelles sont les ressources mobilisées par notre cerveau afin d’identifier le petit mammifère, caché au milieu de tous ces bonhommes de neige ? L. Cohen, professeur de neurologie à l’Hôpital de la Salpêtrière à Paris, avance l’idée que notre cerveau tente de localiser un élément « déviant » parmi des objets similaires. Si nous comparons le bonhomme de neige au panda, ce dernier présente des caractéristiques qui lui sont propres : sa tête est moins arrondie, il n’a pas de carotte à la place du nez, il ne sourit pas et présente des bras de couleur noire.

Ces caractéristiques qui définissent le panda peuvent être plus ou moins saillantes selon les observateurs et diminuer ainsi le temps de réaction pour détecter l’animal. L. Cohen estime que si un élément est saillant, le nombre d’objets présents tout autour n’augmentera pas le temps de la détection, l’élément « déviant » sautera aux yeux de l’observateur. Par contre, si les caractéristiques du panda ne sont pas suffisamment saillantes, le temps de réponse augmentera et la tâche sera plus difficile.

Par exemple, on voit sur l’image de Dudolf Gergely Dudas que les bonhommes de neige portent des accessoires (chapeaux, bonnets, écharpes, position de la tête, etc), autant d’éléments parasites qui attirent notre regard et accroissent la difficulté.

Autre difficulté présente sur ces images : le panda et le bonhomme de neige ont des caractéristiques communes qui peuvent entraver l’identification : oreilles similaires, couleurs blanche et noire, formes et contours de la tête presque identique.

Ainsi, si l’élément « déviant » ou saillant n’est pas significatif, l’individu devra utiliser des stratégies cognitives afin d’identifier le panda parmi tous ces bonhommes de neige. J. Nielsen, un chercheur qui analyse les comportements numériques évoquent la tendance des internautes à « scanner » le contenu d’une image ou d’un texte, soit le fait de lire de manière superficielle un contenu, sans être impliqué totalement mais suffisamment pour en retirer l’essentiel. La lecture du document s’effectuerait alors comme une lettre F, scannant l’image ou le texte de haut en bas jusqu’à identifier l’élément recherché.

Autre image, saurez-vous trouver le chat caché au milieu de ces chouettes/hiboux ?

XVM24838750-aa30-11e5-8684-269d18c21e28-750x750

A propos de l'auteur

Laisser une réponse